Communiqué de presse

Un début de printemps sous le signe des alternatives aux pesticides

La 11ème Semaine pour les alternatives aux pesticides s’est achevée mercredi après dix jours de mobilisation et plus d’un millier d’événements dans toute la France ainsi que dans une quinzaine d’autres pays (Espagne, Portugal, Italie, Belgique, Autriche, Malte, Sénégal, Costa-Rica, Pérou…). Avec plus de quarante partenaires nationaux, une quinzaine de partenaire internationaux et plus de 400 acteurs locaux de terrain, cette opération est devenue le temps fort de la mobilisation citoyenne sur le dossier des pesticides.

L’adoption, juste avant la Semaine pour les alternatives aux pesticides, de l’interdiction des néonicotinoïdes par les députés ainsi que la forte actualité liée aux différents dossiers pesticides (réévaluation du glyphosate au niveau européen, plan Ecophyto, crise agricole, anticipation de la Loi Labbé…) ont également contribué à l’animation de la campagne tout au long de ces dix jours.

Evenements: des ateliers de jardinage au naturel, des conférences, plus d’une centaine de projections de films, des visites de fermes, domaines ou moulins bio, des formations au 0 phyto pour les communes, des actions de sensibilisations dans les écoles, des concours de dessins, des marchés bio et dégustations…se sont tenus un peu partout en France

Plusieurs événements nationaux sont également venus ponctuer ces dix jours de mobilisation : La remise du prix «De la santé dans nos paniers», le lancement d’un «kit collectivité» pour encourager les communes à s’engager vers le 0 phyto et le 100% bio, le lancement d’une action d’interpellation du monde médical, une marche verte contre les pesticides à Paris ou encore la soirée de clôture avec la projection du film Insecticide mon amour.

Au niveau International, ce sont plusieurs conférences sur les pesticides et la santé qui ont eu lieu en Italie et en Espagne, un clip télévisé présentant l’opération au Portugal, des ateliers de sensibilisation au Pérou et au Sénégal, des ateliers jardinage au naturel en Autriche et au Luxembourg etc.

Sur le terrain, ce sont de nombreux acteurs, collectifs, associations locales et collectivités qui se sont montrés actifs: L’Alsace organise en décalé plus de 80 événements très variés. La Bretagne, les Pyrénées Orientales, l’Hérault et le Bordelais font également partie des régions des plus actives avec de nombreux événements au programme : ciné-débats, conférences, journées de visites de fermes…

Pour Sophie Bordères, chargée de mission Semaine pour les alternatives aux pesticides : «C’est une 11ème édition réussie qui a permis de mettre les alternatives aux pesticides au cœur du débat public. Après une forte actualité démontrant les effets néfastes de ces produits sur notre santé et notre environnement, il était important de montrer que les alternatives concrètes et économiquement viables existent partout sur les territoires. La semaine pour les alternatives aux pesticides se termine mais les épandages reprennent dans les champs, vignes et vergers. Il est plus que nécessaire de rester mobiliser et de continuer à inciter nos décideurs politiques à s’engager et soutenir fortement les alternatives à ces toxiques pour protéger la santé et l’environnement des générations futures. »

Le bilan complet de cette édition sera disponible sur le site Internet à partir de mi avril. En attendant, retrouvez le dossier de presse de lancement.

Contact presse Générations Futures

Sophie Bordères, contact@semaine-sans-pesticides.fr / 01 45 79 07 59 ou 09 70 46 09 94 

Nadine Lauverjat, nadine@generations-futures.fr / 06 87 56 27 54